En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur.
En savoir plus et gérer ces paramètres x
accéder au contenu principal de la page

Actualités

Evaluation de la démarche open data du Département

03/07/2014

Trois ans après le démarrage du projet, une étude a été menée au printemps 2014 pour évaluer la démarche d'ouverture des données publiques du Département. Objectifs : mesurer les usages, les attentes, les freins, tant du point de vue interne (directions, services), qu'externe (réutilisateurs). Découvrez les résultats de l'étude !

Etat des lieux 3 ans après...

En décidant de s'engager dans l'ouverture de ses données dès juin 2011 et en ouvrant le portail Loire-Atlantique Ouverture des Données (LOAD - http://data.loire-atlantique.fr) en avril 2012 le Département fait partie des premières collectivités à s'être engagées dans cette initiative.

Le projet a été récompensé à plusieurs reprises en 2012 (prix des Interconnectés), puis en 2013 (Prix territoriaux) pour sa démarche originale de mutualisation avec la Ville de Nantes, Nantes métropole et la Région des Pays de la Loire.

3 ans après l'impulsion, un premier bilan paraissait nécessaire pour comprendre les attentes des acteurs internes ou externes, analyser les usages faits des données, mettre en lumière les freins à leur réutilisation et au final préparer la nouvelle feuille de route.


L'étude : quoi ? comment ?

Comment cette démarche est-elle perçue en interne et en externe ? Quels sont les usages ? Quelles données sont les plus utilisées, les plus attendues ? Qui sont les réutilisateurs ? Quelles sont leurs attentes ? Quels sont les freins en interne ou en externe ? Quels bénéfices peut-on tirer de l'open data ? Quels sont les résultats tangibles du projet ?... Autant de questions abordées dans le cadre de l'étude.

Parmi les outils utilisés, un sondage diffusé sur l'intranet et une quinzaine d'entretiens individuels ou en groupes menés auprès des directions et services impliqués de près ou de loin dans le projet. Un sondage "externe" a également été mis en ligne sur data.loire-atlantique.fr et sur data.nantes.fr et data.paysdelaloire.fr  pendant un mois, afin d'interroger des réutilisateurs réels ou potentiels. Des ateliers avec des partenaires, des entretiens avec des porteurs de projets et un comparatif avec d'autres collectivités ont également permis d'apporter un regard extérieur sur le projet.


Les points forts

Le projet départemental a permis d'ouvrir davantage l'administration sur les citoyens et contribué à améliorer la transparence de l'action publique. 

La démarche open data, bien qu'encore connue d'un public assez restreint, est globalement bien perçue à la fois en interne et à l'externe.

La mutualisation de la plateforme avec la ville de Nantes, Nantes métropole et la Région des Pays de la Loire est également un point fort du projet. Au-delà des économies réalisées, ce sont également les compétences qui ont été mutualisées.

Cette mutualisation a notamment permis au Département de progresser rapidement et de se concentrer sur l'inventaire et la publication des jeux de données dans des formats très variés. Avec désormais plus de 200 jeux en ligne, il compte parmi les plus gros contributeurs de données.

La Loire-Atlantique bénéficie par ailleurs d'un terreau et d'un vivier de compétences importants (R&D, enseignement, entreprises numériques, associations open data). Le Département interagit avec cet écosystème en participant à des actions ou en soutenant des projets. Le partenariat avec l'école de design notamment, mais aussi l'appel à projets permanent Upload mis en place en 2012 sont des atouts pour encourager la réutilisation des données.


Les points d'amélioration

Cependant, l'étude a permis d'identifier une marge de progression importante sur le développement de la culture de la donnée en interne et sur l'intégration de la démarche d'ouverture des données dans les politiques publiques et dans le quotidien des agents. Le réflexe "open data" n'est pas encore présent, même si la démarche bénéficie d'une image positive auprès des acteurs internes.

Les processus de publication des jeux de données privilégient actuellement la qualité des données mais impliquent un traitement relativement lourd, manuel et essentiellement maîtrisé par l'équipe open data.

La maîtrise des données (parfois problématique dans le cas de services en délégation), le développement d'entrepôts de données et de mécanismes automatisés sont des enjeux forts de l'open data et le mettent au coeur des enjeux d'urbanisation du système d'information.

En terme d'animation enfin, les réutilisateurs expriment le souhait de temps de communication forts et réguliers pour rassembler et donner de la visibilité aux projets liés à l'open data.


L'étude en images


Une étude pourquoi, comment ?


Quelques repères

 

Les résultats


Les points clés

Télécharger le rapport complet de l'étude